Syndicat Français de Médecine Physique et de Réadaptation

postheadericon Programmes et Compétences MPR

La MPR est reconnue comme une spécialité indépendante dans trente pays européens représentés à l’Union européenne des médecins spécialistes. Au niveau européen, un cursus de formation et un champ de compétences ont été définis par la Section MPR de l’UEMS et par le Board européen de MPR.

En France, la qualification en médecine physique et de réadaptation s’acquiert au terme de quatre années d’Internat faisant suite aux études de médecine. Le programme de formation est défini par le Collège des enseignants universitaires en MPR (COFEMER).

La médecine physique et de réadaptation est une spécialité « transversale » comme la pédiatrie, la radiologie ou l’anesthésie-réanimation. Le spécialiste doit acquérir des connaissances avancées sur la médecine de l’appareil locomoteur, du système nerveux, de l’appareil cardiovasculaire et respiratoire et du fonctionnement de l’appareil urinaire, digestif et génito-sexuel. Il doit parfaitement connaître la pathologie des fonctions cérébrales. Ces connaissances doivent être mises au service d’une démarche orientée vers la récupération et la compensation des fonctions déficientes, dans le but d’améliorer les performances et de préserver ou retrouver l’autonomie des patients.

Les spécialistes en MPR s’occupent de tous les âges de la vie. Ils sont appelés à intervenir sur des situations très diverses, dont nous ne pouvons citer que quelques exemples :

  • Dans le domaine locomoteur : la traumatologie sportive, les douleurs aiguës ou chroniques du dos ou des articulations périphériques, l’arthrose, les déformations de la colonne (scolioses, cyphoses), les malformations et les amputations des membres, les suites de traumatismes et d’interventions chirurgicales.

  • Dans le domaine du système nerveux : les paralysies des nerfs (traumatismes, névrites…), les hémiplégies, les para ou tétraplégies, les traumatismes crâniens.

  • Dans le domaine cardiovasculaire et respiratoire : le réentraînement à l’effort des insuffisances vasculaires et respiratoires (dans un cadre strictement réglementé).

  • Dans le domaine pelvi-sphinctérien : le diagnostic et le traitement des incontinences urinaires ou fécales. Certains spécialistes MPR s’occupent des dysfonctionnements sexuels d’origine neurologique.

En plus des connaissances de base, les spécialistes en MPR doivent acquérir des savoir-faire spécifiques en fonction de leur orientation de prédilection : thérapeutiques manuelles (ostéopathie), appareillage, électromyographie, imagerie, explorations fonctionnelles instrumentales, urodynamique, traitements par la toxine botulinique, etc.

L’action des spécialistes MPR peut être décrite en pratique dans des « programmes de soins MPR », reposant sur des fondements scientifique et un contexte local. Ils se définissent par une population cible exprimant des besoins particuliers, des objectifs de prise en charge, un contenu structuré, des moyens matériels et humains adaptés. Chaque programme doit, bien sûr, être personnalisé en fonction des besoins de chaque patient. Il peut servir de base à une démarche d’évaluation et d’amélioration continue de la qualité des soins.