Syndicat Français de Médecine Physique et de Réadaptation

postheadericon MEP

Mise au point pour le groupe de travail sur les médecins à exercice particulier (MEP)

La spécialité de médecine physique et de réadaptation

La « médecine physique et de réadaptation » (MPR) est une spécialité indépendante.

La qualification en MPR est délivrée par le Conseil national de l’Ordre des médecins :

  • De plein droit après accomplissement d’un cursus d’Internat spécialisé, placé sous la réglementation des Diplômes d’études spécialisés (DES), fixée par l’arrêté du 22-9-2004, JO du 6-10-2004 modifié par l’arrêté du 24 Mai 2005.

  • Sur examen d’un dossier par la Commission de qualification du CNOM, dans le cadre de la « valorisation des acquis de l’expérience » (Loi n°2002-73 du 17 janvier 2002). Dans cette perspective, un DIU de médecine de rééducation a été créé en 2002 pour permettre aux médecins souhaitant se spécialiser secondairement en MPR après leur formation initiale, de compléter la formation théorique et pratique déjà acquise dans la discipline, grâce à une formation nationale organisée par le Collège Français des enseignants universitaires de MPR (COFEMER). . Une fois obtenue la qualification en « médecine physique et de réadaptation », les médecins doivent choisir d’exercer cette discipline à titre exclusif pour bénéficier des dispositions ordinales et conventionnelles relatives aux médecins spécialistes, en particulier l’application des cotations CS, C2 et certaines cotations spécifiques à la MPR.

MPR et MEP

La désignation « médecine physique » affichée par certains médecins et figurant sur la liste des « médecins à expertise particulière » ou « exercice particulier », n’a aucun fondement universitaire ni ordinal.

Le 13 juillet 2009, le Pr Alain Yelnik, président de la Société française de médecine physique et de réadaptation (SOFMER) a demandé à la CNAMTS de faire disparaître le libellé « médecine physique, code 66 » et en a informé le Dr Michel Legman, président du CNOM qui a appuyé cette démarche (lettre du 22 juillet 2009). Le 7 août 2009, M. Frédéric van Roekeghem, directeur général de la CNAMTS, nous a répondu : « Je vous confirme que le terme de médecine physique est en fait une dénomination ancienne de la médecine appliquée aux sports qui est un mode d'exercice particulier. Une modification du libellé est en cours de réalisation par les services techniques de la CNAMTS ».

Il faut souligner que les diplômes de médecine du sport et de médecine manuelle-ostéopathie, qui sont ouverts aux médecins généralistes (spécialistes en médecine générale), n’ouvrent droit à aucune équivalence pour l’exercice spécialisé en médecine physique et de réadaptation. La mention « médecine physique », parfois accolée à d’autres qualifications, est source de confusion pour les patients comme pour l’Assurance Maladie et doit être interdite.

A l’inverse, beaucoup d’authentiques spécialistes en « médecine physique et de réadaptation » ont acquis des compétences complémentaires en médecine manuelle-ostéopathie, médecine et traumatologie du sport, gériatrie, acupuncture, homéopathie, etc. Le code de déontologie autorise à faire état de ces diplômes complémentaires qui ne se substituent pas à la qualification principale en « médecine physique et de réadaptation.


 

Auteur : Dr Georges de Korvin, président du SYFMER – Cet adresse mail est protégé contre les spambots. Vous avez d'activer le javascript pour la visualiser.

Document pour le groupe de travail sur les MEP, organisé par l’Assurance Maladie dans le cadre de la Convention Médicale. Ce texte a été rédigé en concertation avec la Société française de médecine physique et de réadaptation (SYFMER, président : Pr Alain Yelnik) et le Collège des enseignants universitaires de médecine physique et de réadaptation (COFEMER – président : Pr Pierre-Alain Joseph).