Syndicat Français de Médecine Physique et de Réadaptation

postheadericon Communiqué de presse UMESPE du 28/04/2017

Les spécialistes exclus des revalorisations : la première marche vers les inégalités de prise en charge

L’UMESPE-CSMF rappelle que la consultation du médecin généraliste passe à 25 Euros au 1er mai. Cette revalorisation est bien loin de la revalorisation indispensable pour redonner à la médecine libérale les moyens de pratiquer une médecine de qualité et de permettre ainsi à tous les usagers d’accéder à des soins optimums dans tous les territoires.

 

Cette augmentation tarifaire ne concerne que les médecins généralistes de secteur 1. Pour tous les autres : médecins en secteur 2, médecins spécialistes, aucune augmentation n’est prévue à cette date et celles attendues dans 6 mois restent hypothétiques et pourraient bien être reléguées aux calendes grecques si le Comité d’alerte signifie le dépassement de l’ONDAM…

La Caisse et les syndicats signataires de la convention ont fait le choix de créer une nouvelle lettre clé (MMG) réservée aux médecins généralistes, créant ainsi un clivage dans la profession. La lettre clé « C » n’est pas modifiée et donc le tarif du spécialiste consultant codifié « C2 » reste au même niveau tarifaire, de même que la consultation journalière en établissement de soins (C0,8).

L’UMESPE-CSMF rappelle que la consultation du spécialiste, « Cs », n’a pas bougé depuis juin 2006 et, qu’à l’époque, cette augmentation avait été de 0,13 Euros, l’acte tarifé à 22,87 Euros datant de 1996.

Cette situation est inacceptable. La décision conjointe du directeur de la Caisse et de la ministre de la Santé de ne pas soutenir et de marginaliser la médecine spécialisée libérale ne conduira qu’à de plus grandes difficultés d’accessibilité à la médecine d’expertise et de proximité qui font la spécificité de notre système de soins à la Française. Aujourd’hui, la dégradation visible, et constatée par les experts, de notre système de soins est due en grande partie au manque d’accessibilité au médecin spécialiste.

Marisol Touraine et le gouvernement n’ont fait qu’aggraver ces inégalités en maintenant une politique de marginalisation des spécialistes et en niant les besoins de la médecine spécialisée libérale pourtant gage d’expertise, de qualité, de pertinence et d’efficience des parcours de soins.

L’UMESPE-CSMF continuera à combattre cette vision obtuse et dogmatique qui ignore la médecine spécialisée et l’exclut des valorisations indispensables pour lui permettre de jouer son rôle dans une médecine de demain qui se veut plus proche et plus personnalisée.

Contact presse :  Dr. Patrick GASSER

Président de l'U.ME.SPE.-CSMF