Syndicat Français de Médecine Physique et de Réadaptation

postheadericon Doléance MPR 2015

Cahier de Doléances 2015 pour la MPR

I.   Etat des lieux

Les besoins en réadaptation ambulatoire sont en rapide croissance :

  • Handicap complexe, comme les séquelles d'AVC, requérant des alternatives à l’hospitalisation
  • Pathologie à fort impact socioéconomique, comme la lombalgie chronique
  • Patients opérés en orthopédie, selon des procédures de plus en plus courtes avec retour précoce à domicile
  • Autonomie des personnes âgées, menacée par des décompensations de déficiences diverses
  • Incontinence urinaire

Ressources en secteur libéral existent et doivent être reconnues : médecins traitants, professionnels paramédicaux, spécialistes d'organe, médecins de réadaptation (MPR)

Néanmoins, les dysfonctionnements observés sont nombreux :

  • Inflation du nombre d’actes, trop nombreux, trop courts, mal payés…
  • Pertinence douteuse de certains soins, dans leur indications ou dans leurs modalités
  • Equipement hétérogène, moyens inadéquats par rapport à l’objectif
  • Insuffisance de l'évaluation fonctionnelle des besoins et des résultats.

II.   Comment optimiser ce dispositif ?

Les spécialistes MPR libéraux apportent un haut niveau de compétence au dispositif de rééducation/réadaptation ambulatoire de ville, à l'instar de leurs confrères salariés des SSR spécialisés où leur formation s'est accomplie. Ils maîtrisent les connaissances médicales, les outils d'évaluation, les traitements spécifiques et l'organisation des soins pluridisciplinaires

Des expériences réussies se sont développées des structures pluridisciplinaires et/ou pluri-professionnelles : maisons de santé, cabinets de groupes adossés à un établissement médico-chirurgical. Les spécialistes MPR animent aussi des réseaux de qualité en rééducation associant des professionnels motivés, du kinésithérapeute à l'orthophoniste.

Des programmes de soins ambulatoires structurés ont été développés à partir de ces initiatives libérales. Ils ont été validés par la Société Française de Médecine Physique et de réadaptation.

Les MPR libéraux doivent répondre à deux types de demandes des médecins traitants : non seulement l'avis d'expert, mais aussi la prise en charge ambulatoire des patients faisant appel, non seulement à leur expertise théorique, mais encore à l'organisation spécifique et fiable qu'ils ont mis en place.

III.   Il faut un cadre adapté

La MPR libérale ne peut se satisfaire d'une vision archaïque de l'organisation de la santé en France :

  • Un parcours fléché descendant du monde hospitalier vers des professionnels éparpillés exerçant comme les constructeurs de la Tour de Babel.
  • Des spécialistes limités à un rôle d'expert déconnecté de toute pratique de terrain. D'ailleurs, dans ces conditions, comment conserver une véritable expertise ?

Nous proposons, au contraire, une organisation dynamique des soins, structurée à partir de programmes de soins spécialisés, dans lesquels l'ensemble des intervenants partage des principes validés, apporte une contribution précise et échange des informations pertinentes

Les spécialistes en médecine physique et de réadaptation demandent de toute urgence :

  • que soient reconnus dans les textes leur rôle dans l'évaluation fonctionnelle et la coordination de soins spécialisés en rééducation-réadaptation.
  • que les modes de rémunérations soient adaptés en conséquence : choc de simplification des conditions d'application du C2 et création d'une Consultation Clinique Complexe.